naar top
Menu
Logo Print

La conjoncture fait une pause

Les plans d'investissement restent à un haut niveau
magazine

Deux fois par an, la FEB interroge ses fédérations sectorielles pour mesurer la température économique. . Sur la base de cette enquête, elle dresse le bilan de la situation belge et des prévisions pour le semestre à venir. Selon la FEB, les résultats de l'enquête ne laissent pas prévoir une régression importante dans l'immédiat, mais on assiste plutôt à une pause dans le cycle économique. Elle escompte dès lors une croissance économique de 1,75% en 2018 et de 1,8% en 2019 pour la Belgique. Il subsiste toutefois des risques à la baisse pour 2019, dont le principal est sans conteste le dérapage de la guerre commerciale.  L'enquête révèle qu'après un second semestre 2017 très vigoureux, il est en effet question en ce moment d'un affaiblissement de l'activité économique dans l'UE et en Belgique. Alors qu'au second semestre 2017, seuls 2 secteurs faisaient état d'une baisse de leur activité, quatre secteurs ont noté un affaiblissement de leur activité dans les premiers mois de 2018. Les secteurs du textile et de l'assemblage automobile ont principalement souffert de facteurs conjoncturels. Alors qu'à la fin de 2017, l'optimisme émanait surtout des secteurs industriels, ce sont désormais surtout les secteurs tertiaires qui se déclarent positifs. La baisse d'optimisme dans l'industrie s'explique en premier lieu par l'appréciation de l'euro au cours de 2017. A cela s'ajoute l'incertitude au sujet de l'ampleur de la guerre commerciale lancée par le Président Trump. Néanmoins les plans d'investissement des entreprises belges restent pour l'instant à un niveau élevé. L'enquête fait aussi ressortir un optimisme assez marqué concernant les perspectives d'emploi.

FEB - VBO - VBU

FEB - VBO - VBU

+3225150811
+3225150999