naar top
Menu
Logo Print

LE STOP AU BETON EST-IL UNE AUBAINE POUR L’INDUSTRIE DU BETON?

Febelcem soumet le secteur a une profonde reflexion

Le stop au beton

Lorsque le gouvernement flamand a annoncé son plan visant à une meilleure gestion de l’aménagement du territoire en Flandre, nombreux sont ceux qui ont résumé la politique présentée par le terme ‘stop au béton’. Il fut vite évident que ce terme était plutôt réducteur, mais lors d’une conférence de presse le 12 octobre, Febelcem a encore été un pas plus loin. La Fédération Belge de l’Industrie du Ciment a, en effet, affirmé que le ‘stop au béton’ peut signifier une aubaine pour le secteur du béton.

LES DEFIS

Les gouvernements aussi bien flamand que wallon visent aujourd’hui une densification urbaine: ils veulent limiter l’expansion urbaine et faire revenir la population dans la ville, tout ceci pour réduire la superficie constructible.

Les zones urbaines existantes devront toutefois s’y adapter passablement. En effet, la pression démographique ne fera que s’intensifier et on devra investir dans de nouveaux bâtiments, une nouvelle infrastructure, de nouvelles formes d’habitat et la rénovation du patrimoine existant. La construction en hauteur et la construction souterraine deviendront une nécessité et les bâtiments devront abriter une multitude de fonctions, tandis que la mobilité au sens large doit s’améliorer.

Entre-temps, la durabilité et les objectifs pour 2020 et 2050 restent bien entendu des points d’attention importants. Comment adopter les dispositions nécessaires contre les conséquences du réchauffement climatique? Ou comment anticiper un avenir exempt de carbone?

LA CONSTRUCTION REFLECHIT

Des défis en suffisance pour le secteur de la construction qui doit se lancer d’urgence dans la réflexion, estime Febelcem. Les prévisions les plus récentes d’EUROCONSTRUCT offrent, il est vrai, des perspectives positives pour le secteur belge de la construction en 2018 et 2019, mais la fédération souligne toutefois l’importance d’une approche responsable par le secteur de la construction, avec l’attention pour, entre autres, la densification, la construction de bâtiments sains, la création d’espaces qualitatifs et l’entretien de l’infrastructure existante et nouvelle.

ETUDE DE MARCHE

© arch.BOB361 (photo: Nullens)

Pour acquérir une compréhension de la situation actuelle du marché, l’industrie du ciment a confié la mission d’étudier l’évolution de l’utilisation des matériaux aussi bien dans la construction neuve que dans la rénovation.

Il en a résulté, entre autres, que dans la construction neuve, on note une évolution vers davantage de constructions en béton préfabriquées, mais surtout que les sols en béton, préfabriqués ou coulés sur place, restent le principal débouché. A noter également que les hourdis perdent en part de marché au profit des larges dalles. Ces dernières sont plus minces et plus légères, se prêtent mieux à l’automatisation de la fabrication et conviennent mieux à la construction en hauteur.

Les parois en béton restent aussi un important débouché, avec à nouveau une augmentation évidente du préfabriqué, et même les tuiles en béton semblent toujours faire mieux. Elles ont un effet favorable sur le coût de construction final, ce qui fait qu’elles sont extrêmement appréciées des promoteurs immobiliers.

L’importance du marché de la rénovation

Toutefois, le marché de la rénovation ne doit pas être négligé. Les volumes de béton sont, il est vrai, plus petits que dans la construction neuve résidentielle et la part des produits en béton y est plus faible, mais le nombre de projets est bien plus grand et augmentera encore considérablement à l’avenir. Depuis 2008, le marché résidentiel a, en effet, entièrement basculé vers la rénovation, une tendance qui se manifeste dans toute l’Europe.

Outre les tuiles (6%), les blocs de maçonnerie en béton semblent populaires dans les travaux de rénovation. Ils sont utilisés pour les façades (4%), les parois intérieures (4%), et comme matériau structurel pour les extensions (14%).

LE BETON COMME SOLUTION

Febelcem est convaincue que le béton peut continuer de représenter une importante valeur ajoutée dans le marché de la construction neuve et de la rénovation et ce, grâce à des atouts importants:

  • la production et livraison locales de produits en béton;
  • les bonnes performances énergétiques;
  • l’inertie thermique et les économies d’énergie afférentes;
  • la robustesse et l’ininflammabilité du matériau; et
  • les possibilités étendues en termes de produits, méthode de construction, …

Tout ceci fait que le béton est, d’après Febelcem, le matériau idéal pour contribuer à une restructuration durable et réfléchie de nos zones urbaines dans le cadre du stop au béton.