naar top
Menu
Logo Print
18/04/2018 - SAMMY SOETAERT

“LE SECTEUR DE LA LOCATION JOUE UN RÔLE IMPORTANT DANS L’ÉCONOMIE DURABLE”

CAROLE BACHMANN DE L’EUROPEAN RENTAL ASSOCIATION RELÈVE LES ÉVOLUTIONS DANS LE MARCHÉ EUROPÉEN DE LA LOCATION D’ÉQUIPEMENT

L’ERA, ou European Rental Association, défend les intérêts des entreprises de location d’équipement dans toute l’Europe. Nous avons eu un entretien agréable avec Carole Bachmann, depuis quelques années l’une des forces motrices derrière l’organisation.

Qui est Carole Bachmann?

Huren zit in de lift in Europa

Une authentique Européenne à la tête d’une organisation européenne, c’est le moins que nous puissions dire à propos de Madame Bachmann: une Française qui habite en Allemagne et travaille depuis la Belgique. Diplômée d’une école de Commerce française, Bachmann a débuté sa carrière professionnelle dans un cabinet d’audit. Après quelques années, elle a rejoint l’entreprise de location Loxam en tant qu’auditeur interne. Après une carrière de huit ans au cours de laquelle elle est devenue directeur, elle a choisi un nouveau défi. Elle a été engagée par Wynne Systems, une entreprise américaine qui développait des logiciels pour le marché de la location, où elle était responsable du marché européen. Depuis bientôt 5 ans, elle est manager de l’European Rental Association.

  ERA (European Rental Association)

“Nous organisons chaque année une convention et nous sommes aussi présents sur des salons”

NÉE DE L’INTERNATIONALISATION

Dans nos pays voisins, il existe déjà plusieurs organisations nationales dans le secteur locatif. Pourquoi en faut-il une au niveau européen?

Bachmann: “Ceci découle d’une évolution organique dans l’économie. Les entreprises qui étaient auparavant actives au niveau national dans la location d’équipements, se sont muées en entreprises actives au niveau international. Elles ont grandi et ont peu à peu également lorgné par-delà les frontières nationales pour créer davantage de chiffre d’affaires. Emprunter d’autres chemins exige une adaptation aux nouveaux besoins.
Songez aux autres normes techniques, standards et lois. Les organisations nationales éprouvaient des difficultés à suivre. On avait donc besoin d’une fédération internationale. En 2005, Gérard Déprez, le CEO de Loxam, a décidé de créer cette fédération. Cette idée a été accueillie avec un grand enthousiasme. Un an plus tard, ERA était un fait.”

Quelles sortes d’entreprises sont membres d’ERA?

Bachmann: “Il existe deux sortes de membres: les membres directs et les membres associés. Les membres directs sont les entreprises de location et les associations nationales. Pour les membres associés, il s’agit davantage d’OEM, donc les fabricants de matériels. Du côté belge, sept membres directs sont actifs en Belgique: TVH, Boels, Wim Verhuur, Loxam, Atlas Copco, Bredenoord et Energyst. “

Si nous répartissons les entreprises membres selon les activités, quels sont les rapports?

Bachmann: “Cela diffère selon le pays, mais la construction constitue toujours la plus grande part. En Belgique, cela représente environ 65%. Mais nous voyons bel et bien que les entreprises tentent d’accroître leur pénétration dans d’autres secteurs, comme l’industrie et les événements. Une évolution positive, car ainsi, elles résistent mieux aux fluctuations du marché de la construction. De plus, ces marchés recèlent encore un potentiel qui n’est pas encore entièrement exploité.”

Et qu’en est-il de la part de marché de la location?

Bachmann: “La location a le vent en poupe en Europe, nous le voyons partout. Bien entendu, nous voulons conserver cette tendance et même encore l’accélérer. Aux Etats-Unis, la location est nettement plus inscrite dans les gênes. Ici, nous voyons de grandes différences entre divers pays européens. Dans certains pays, on est réellement bien plus partisan de la propriété. Un pays comme la Belgique porte bel et bien un regard plus positif sur une économie collaborative. Songez aux initiatives privées comme le covoiturage et les repair cafés. Au niveau européen, la Belgique est donc bel et bien un pays où la location est bien acceptée. Le chiffre d’affaires en Belgique atteint 680 millions d’euros. Si nous formulons ceci en termes de profondeur de pénétration, nous pouvons comparer par rapport au PIB et par rapport au marché de la vente. Dans les deux cas, la Belgique atteint un score très honorable.”

 

Huren zit in de lift in Europa
Huren zit in de lift in Europa

Pourquoi un entrepreneur devrait louer au lieu d’investir lui-même?

Bachmann: “Bien que la décision de louer ou d’acheter soit une décision au niveau de l’entreprise, je souhaite aussi évoquer une évolution plus large. L’économie circulaire et durable est devenue le nouveau paradigme et la location y joue un rôle important, car on doit fabriquer moins de machines.
Les parcs de machines sont aussi constamment modernisés, ils répondent donc aux récentes règlementations environnementales. Ceci figure aussi dans un manifeste que nous avons récemment publié. Les lecteurs peuvent le consulter sur notre site Internet. Et pour les lecteurs qui doutent entre acheter et louer, nous avons un outil pratique, sous forme de version internet et d’appli téléchargeable, le TCO calculator. Les entreprises peuvent y compléter toutes les données, l’outil calcule ensuite le TCO et permet de comparer entre achat et location. Cela se fait de façon entièrement neutre.
Vous trouvez l’appli sur https://equipmentcalculator.org/nl/totale-kosten-van-eigendom-tco-calculator.”

Comment assistez-vous exactement les entreprises membres?

Bachmann: “We hebben zes werkgroepen die elk één onderwerp behandelen: een technisch comité, een promotionele dienst, een afdeling die zich bezig houdt met duurzaamheid, een groep die de toekomstlijnen uitzet, een comité voor de nationale federaties en een statistische dienst. Onze dienstverlening gaat zeer breed, maar belangrijker is dat we steeds meer wegen op alle aspecten van de bedrijfsvoering waar onze leden mee geconfronteerd worden. Een voorbeeld van deze grotere impact is de communicatie met de fabrikanten. Als één bedrijf hen iets specifieks vraagt, is het moeilijk om dat te realiseren. Als we dat als ERA doen, zien we dat we wel dergelijke zaken in gang kunnen zetten. Een ander voorbeeld is de evolutie naar digitalisering: telematics voor onderhoud, BIM voor de bouw. Dat wordt overal ingevoerd, als verhuurbedrijf moet je daar in meegaan. We proberen om onze leden - ook de kleintjes - daarin goed bij te staan."

Outre les aspects cités, existe-t-il d’autres activités pour lesquelles vous montez au créneau?

Bachmann: ”Oui, nous organisons chaque année une convention, à chaque fois dans un autre endroit et avec un sujet différent. Cet événement est accessible à tous, nul besoin d’être membre. Cette année, notre convention se déroule les 23 et 24 mai à Vienne. Le sujet est ‘tomorrow’s customers’. Ici aussi, on retrouve la digitalisation. Les exigences des clients changeront. Nos membres ne devront pas louer quelques équipements, mais offrir une palette de services bien plus large. Nous voulons y être préparés, d’où le choix du thème. Nous sommes aussi présents sur des salons. Fin avril, nous tenons un stand à Intermat, l’un des plus grands salons de matériels de construction en Europe. Nous y organisons une table ronde le 26 avril en collaboration avec l’organisation du salon et la fédération française de la location.”

Existe-t-il encore des entreprises de location importantes qui sont absentes d’ERA?

Bachmann: ”Ici et là, nous manquons encore une grande entreprise de location. C’est très lié à l’emplacement. Nous voyons que les entreprises nous rejoignent plus facilement dans les pays où une fédération nationale n’est pas active. Mais nous n’avons pas d’approche agressive pour attirer de nouveaux clients. Nous voulons que nos activités et nos réalisations parlent d’elles-mêmes. Les nouveaux membres potentiels voient ainsi l’utilité de rejoindre nos rangs.”