naar top
Menu
Logo Print
12/03/2018 - KENNETH BAERT

LE SECTEUR DU BATIMENT EST CONFRONTE A UNE PENURIE D'OUVRIERS ET D'EMPLOYES

Une conjonction de technologies, d'entreprises et de personnel

Le secteur du bâtiment est confronté à une pénurie d'ouvriers et d'employésLe thème de la Nuit de la Construction organisée par la Confédération Construction Flandre occidentale le 2 février 2018 était 'L'homme et la technologie'. Durant cette soirée, on a beaucoup parlé de la transformation digitale de la construction et du fait que ces innovations dans le secteur doivent être entraînées par des personnes expertes. Or, c'est justement ça qui est un problème croissant. L'enseignement en construction a connu un sérieux recul en Flandre occidentale, ces dernières années.

Le secteur du bâtiment est confronté à une pénurie d'ouvriers et d'employésTRANSFORMATION DIGITALE

Eric Vandewiele, président de la Confédération Construction Flandre occidentale, a inauguré la soirée avec le thème de la Nuit de la Construction: l'homme et la technologie. “Le secteur du bâtiment s'est rétabli et connaît actuellement une conjoncture en hausse. Les technologies comme le BIM, l'intelligence artificielle, les big data, … créent des opportunités et des défis pour chaque entreprise. Ensemble, nous devons aspirer à de meilleurs emplois, à du personnel correctement formé, à des innovations intelligentes, à des habitations économes en énergie, à une meilleure infrastructure et à un entrepreneuriat durable."

RAPPORT DE VISION

Selon ce rapport expliqué par Marc Dillen, directeur général de la Confédération Construction Flandre occidentale, le secteur du bâtiment va ressentir l'importance croissante de la digitalisation et de l'automatisation en 2018.

Augmenter la qualité et la quantité

“Le but des nouvelles technologies et techniques est d'augmenter la qualité, de réduire les coûts de défaillance et de devenir plus compétitif en tant qu'entreprise. Mais ce sont les collaborateurs avec le bon savoir-faire, la bonne formation et les bonnes techniques qui devront atteindre ces résultats." Il n'y a pas que la qualité des projets de construction du futur qui va augmenter: il y a aussi la quantité. Ainsi, d'après les prévisions, le nombre de projets de construction à l'avenir a le potentiel pour réaliser une hausse de 48 à 60%. “Pour atteindre cet objectif, le secteur devra miser - moyennant le soutien des autorités flamandes - sur un meilleur degré de formation, plus de digitalisation et d'automatisation, un cadre contractuel clair et une réglementation sans équivoque. Mais il est possible d'atteindre ces chiffres. Comme le prouve la hausse de productivité de 15% dans le bâtiment en Belgique ces six dernières années."

Impact de l'automatisation sur les métiers

L'automatisation du secteur comporte une menace pour plusieurs métiers. Par ailleurs, la transformation digitale crée de nouveaux métiers: spécialistes en bornes de recharge, créateurs VR, pilotes de drone, modélisateurs BIM, … Pour continuer à pourvoir ces nouveaux postes, il faut un bon afflux depuis l'enseignement. Et c'est là que le bât blesse.

Afflux limité d'étudiants

De l'année scolaire 2010-2011 à l'année scolaire 2016-2017, le nombre d'élèves dans l'enseignement secondaire en construction en Flandre occidentale a fortement diminué. Dans les formations gros œuvre de l'enseignement professionnel, le recul est même dramatique (54%). Mais les formations techniques du bâtiment ont aussi vu leur nombre d'élèves reculer: de 45%. Les écoles techniques de Flandre occidentale ont toujours apporté de nombreux diplômés dans la construction. Le fait que ce nombre recule, signifie une grosse perte pour la construction en Flandre occidentale.

Apprentissage dual

Le secteur du bâtiment est confronté à une pénurie d'ouvriers et d'employésAvec l'apprentissage dual, les élèves travaillent en entreprise tout en étant encadrés par leurs enseignants. Mais ce concept ne fonctionne pas bien dans le bâtiment. Toutefois, le ministre-président du gouvernement flamand, Geert Bourgeois, y croit encore: “En pour cent, on voit que le secteur du bâtiment est à la traîne. C'est surtout dû à l'image que les gens en ont. Le gouvernement fait beaucoup de promotion, mais le grand public ne considère pas encore le secteur comme un secteur attrayant et digitalisé. Pour nous, l'apprentissage dual est un point de départ pour un apprentissage à vie. Un concept qui a de l'avenir pour le secteur de la construction digitalisé."